Actualités

 

 

 

Mercredi 17 janvier 2007 :

Jacques Villeneuve s'installe dans une maison de 3m$ à Montréal

    Depuis qu'il a mis un terme à sa carrière de pilote de formule 1, Jacques Villeneuve a décidé de revenir dans ses terres d'origine et c'est à Montréal, quartier de Westmount, qu'il a décidé d'acheter sa prochaine résidence de trois millions de dollars comme le mentionne le Journal de Montréal dans sa livraison d'aujourd'hui.

    Dans un article signé par le journaliste Michel Larose, on peut en apprendre davantage sur la nouvelle acquisition de ce lui qui ambitionne maintenant de devenir un pilote de stock-car à temps plein.

    Voici ce qu'on peut lire dans cet article :

    Les travaux vont bon train dans la future résidence montréalaise de Jacques Villeneuve, à Westmount. De son petit château payé 3 025 000$, le pilote québécois aura toute une vue sur la métropole.

    L'entrepreneur général de Mont-Tremblant, Donald Provost, est heureux de diriger les travaux de rénovation :
   
"Ce sera spectaculaire. D'ici, la vue est magnifique", a-t-il lancé. "Un architecte a été embauché. La résidence aura un aspect tout à fait différent.
   
L'escalier du rez-de-chaussée menant aux étages sera superbe", a ajouté M. Provost.

    La résidence offre une vue époustouflante de la métropole et du fleuve. Jules, le bambin de Jacques et de son épouse française Johanna, sera choyé dans cet environnement.

    Dans le très grand jardin, la terrasse couverte comprend une deuxième cuisine idéale pour les réceptions.

    Une bonne affaire

    Du point de vue affaires, la transaction par laquelle Villeneuve s'est porté acquéreur de cette propriété est loin d'être mauvaise.

    En 2005, l'ancien propriétaire, Robert Charlton, demandait 3,4 millions. L'évaluation municipale est de 2 800 000 $ et le prix de vente se situe à 3 025 000 $, reflétant ainsi la juste valeur de ce marché accessible aux gens riches et célèbres.

    Bien sûr, Jacques Villeneuve devra payer les taxes municipales (19 929 $) et les taxes scolaires (5 187 $), pour un total annuel de 25 116 $.

    Dans une entrevue publiée ce week-end dans Le Journal de Montréal, Jacques Villeneuve déclarait :
   
"C'est parfait là où on est car on a tous les conforts de la grande ville, mais on a quand même le sentiment d'être dans un village."

    Représenté par sa mère

    "Jacques Villeneuve est une personnalité tout à fait charmante", a dit Marie-Yvonne Paint, agent immobilier. "Il sait ce qu'il veut. Il sait ce qu'il aime et il était bien représenté par sa mère, Joan Villeneuve."

    La mère de l'ancien champion du monde en F1 est agent immobilier et elle a participé à la transaction à titre d'agent collaborateur.

    Mme Villeneuve se trouvait hier (mardi) après-midi dans la résidence de trois étages construite en 1915 et magnifiquement perchée rue Sunnyside. Mme Villeneuve a refusé de confirmer que son fils avait acheté la résidence :
   
"Je représente mon client et je ne peux rien révéler. Je dois respecter mon éthique professionnel."

    La description

    Selon les critères du marché, l'agent inscripteur Marie-Yvonne Paint reçoit 5 % de commission et l'agent collaborateur, Mme Villeneuve, en recevra la moitié. Les deux agents partageront la somme de 150 000 $.

1- De la terrasse, les Villeneuve auront une vue imprenable sur Montréal. Elle s'étend sur deux étages, dont une de style grotto comprenant une cuisine avec des comptoirs en granite, une cuisinière et, bien sûr, un lave-vaisselle.

2- Le très grand jardin sera l'endroit idéal pour donner des réceptions dignes d'un ancien champion du monde de F1. Jacques Villeneuve pourra aussi s'y détendre avec la petite famille.

3- Le salon tel qu'il apparaissait avant la vente. Les plans de rénovation prévoient un réaménagement important de certaines pièces.

4- La résidence typique du début du siècle dernier a été construite avec des matériaux nobles : les boiseries notamment donnent un cachet particulier à cette bibliothèque.

5- Tous les appareils ménagers étaient inclus dans la transaction, ainsi que les luminaires encastrés, les haut-parleurs et commutateurs pour la chaîne stéréophonique. Mais les lustres, la laveuse, la sécheuse et le vitrail d'armoirerie de famille dans l'escalier principal sont exclus de la vente.

    La maison en chiffres

    Superficie du terrain : 10 638 pi2
    Superficie habitable: 6500 pi2
    Prix demandé: 3,4 M $ en 2005... 3,250 M$ en 2007
    Prix vendu: 3 025 000 $
    Coût d'énergie d'Hydro: 3 118 $ par an
    Coût d'énergie de gaz: 8 144 $ par an
    Taxes totales: 25 116 $
    Allée pavé
   
Garage simple
    Stationnement extérieur double

Source : flagworld & Le Journal de Montréal (Pierre Lecours)

Mardi 16 janvier 2007 :

Villeneuve content de son spectacle

    En sortant de scène après son tour de chant de six chansons, Jacques Villeneuve est immédiatement monté au deuxième étage du restaurant Le Col de Bretaye où son épouse Johanna berçait le petit Jules.

    "Ça a bien été, sauf une seule chanson", a-t-il dit. "Et on l'a raté d'aplomb. Rien n'a marché."

    Il s'agissait de Private Paradise, la pièce-titre de son album qui sera lancé le 19 février prochain. Et Villeneuve n'est pas le seul à avoir compris qu'il avait raté. Pendant le morceau, un spectateur s'est fortement fait entendre avec un "Villeneuve, y sait pas chanter" tandis que d'autres ont suivi avec des sifflets :
   
"Le son n'avait rien à avoir avec ce qu'on avait fait pendant les tests de son", expliquait Villeneuve. "Je n'entendais pas les instruments. Je ne suis pas encore un pro de ces affaires-la et j'ai peut-être mal évalué l'impact de la foule sur le son."

    Heureusement, ça s'est mieux passé pour The Ones et Tout dire, les deux extraits de son album qui seront lancés bientôt :
   
"Le duo avec Ely (The Ones) a super bien été", ajoutait-il à Johanna. "Par contre, j'aurais vraiment aimé réussir toutes les six !"

    Ce à quoi la sage madame Villeneuve a répondu :
   
"Voyons, mon chéri, ce n'est pas ton métier et tu l'as fait pour t'amuser. Si tu t'es amusé, c'est tout ce qui compte..."

    "Bien, je me suis amusé", a répondu Villeneuve.

    Garou, bête de scène comme toujours, a fait lever l'ambiance avec un généreux spectacle d'une bonne heure. Les dames ne se pouvaient plus ce qui rendait, bien entendu, les messieurs soit contents, soit jaloux...

Source : flagworld & Dominic Fugère (article du 14 janvier 2007)

 

Une chanson à la mémoire de son père

    Il n'y a pas que le petit Jules comme nouveau bébé dans la vie de Jacques Villeneuve. Son album Private Paradise est aussi né tout récemment et Villeneuve se prépare à le présenter au monde le 19 février, au Newtown, à Montréal :
   
"C'est vraiment l'album que je voulais faire", affirme-t-il. "C'est 100 % moi. On a demandé l'opinion de plein de monde du milieu de la musique et toutes ces personnes nous ont tous donné des avis aussi différents les uns des autres.
   
Finalement, j'ai réalisé que c'était un paquet de gens qui voulaient justifier leur job en ajoutant leur grain de sel. J'ai alors décidé de me fier uniquement à mon instinct."

    La musique, pas la promotion

    S'il est fier de son album et s'il aimerait bien "au moins en vendre assez pour couvrir les frais", Villeneuve n'a pas envie des compromis qui viennent avec une carrière de chanteur :
   
"Pas question de baisser mes culottes pour faire de la musique", soutient-il. "J'ai dû le faire parfois dans la course automobile parce que c'est mon métier, mais la musique, ce n'est qu'une passion. Je ne veux rien savoir d'une tournée promotionnelle de deux mois. Je ne veux pas faire ça à mon fils.
   
Bien sûr, j'ai fait l'album avec l'objectif que ça se vende parce que, sinon, je n'y aurais peut-être pas mis le professionnalisme nécessaire, mais je veux que les gens l'achètent parce qu'ils l'aiment ou parce qu'ils en ont entendu parler par le bouche-à-oreille, pas parce qu'il y a une campagne de promotion monstre."

    Duos avec ses deux sœurs

    Ce sont surtout les collaborations qui le rendent fier :
   
"Il y a déjà un bon bout de temps, ma sœur Mélanie avait écrit la moitié d'une chanson à propos de Gilles", dit-il. "Je l'ai terminée et nous l'avons enregistrée ensemble.
   
J'ai aussi fait un canon avec ma petite sœur Jessica ainsi qu'une pièce où le chœur Tenebrae (de Villars) nous accompagne", ajoute-t-il. "Quand les 25 artistes du chœur ont chanté leur partition, j'étais dans l'église où on a enregistré et j'en avais les larmes aux yeux tellement c'était beau..."

    La musique ne reste peut-être qu'un hobby pour Villeneuve, mais ça ne l'empêche pas de s'y adonner sérieusement :
   
"Je ne suis pas un chanteur de carrière, donc je ne suis pas nerveux au moment d'entrer sur scène (d'ailleurs, hier, il n'était pas encore sûr de connaître tous les textes des pièces qu'il interprétera ce soir), mais j'adore travailler sur les chansons et les enregistrer", souligne-t-il. "J'ai même acheté tout l'équipement du studio où nous avons enregistré l'album."

Source : flagworld & Dominic Fugère (article du 13 janvier 2007)

Lundi 15 janvier 2007 :

Villeneuve : "Je ne fais pas de la musique pour baisser mes culottes"

    Il en est très fier, de son album, Jacques Villeneuve. Dans le dossier de presse des 24 heures de Formula Charity, on trouve un CD contenant deux nouveaux extraits de l'album dont la sortie mondiale est prévue le 19 février prochain, au Newtown, à Montréal :
    "J'ai vraiment travaillé fort sur ce disque", explique Jacques. "On a passé des semaines à l'enregistrer, à Levallois, dans la banlieue parisienne. Il y a une chanson avec ma sœur Mélanie, qu'elle avait écrite au sujet de la mort de notre père et que j'ai retravaillé. Il y a aussi une chanson en canon avec Jessica, ma petite sœur J'aime ce disque. C'est celui que j'ai toujours voulu faire, c'est moi à 100%. Je me suis éclaté et je l'ai fait de manière vraiment professionnelle."

    Il ne reste plus désormais qu'à le vendre :
    "Oui, j'ai beaucoup investi dans ce disque, j'ai acheté le studio, ça m'a coûté cher. J'ai été voir des majors pour le commercialiser, et tout le monde y allait de son idée. Le premier me disait : C'est bien, mais il faut changer ça. Le deuxième : C'est pas mal, mais il faut plutôt faire comme ci, soit le contraire du premier. J'ai reçu tellement de conseils à propos de ce disque. Et, évidemment, je n'ai rien changé ! Je n'ai pas fait cet album pour baisser mes culottes. Je les ai assez baissées en sport automobile, pour faire plaisir aux commanditaires. Alors j'ai édité le disque en indépendant, avec des distributeurs dans chaque pays."

    Jacques Villeneuve veut faire de la musique pour s'amuser, sans plus :
    "Je ne veux pas y faire carrière, je ne veux pas avoir d'obligations, ni faire de tournée ou de concerts sauf ici, pour le plaisir."

    Le plaisir ? Nous étions la veille du concert de ce soir et Jacques avouait qu'il ne connaissait pas les textes de toutes ses chansons par cœur :
    "Quand on les écrit dans son salon, c'est facile, mais quand il faut ressortir tous les textes devant le public, ça l'est moins ! Et il ne me reste plus de temps pour les apprendre."

    17 h 30. Il est justement l'heure de terminer l'entrevue, car Jacques doit s'en aller pour une première et dernière répétition avec Garou, sur la scène dressée pour l'occasion. Fred Lauquin, le bras droit de Craig Pollock, lui apprend alors que plusieurs de ses musiciens sont en retard. Ils sont encore dans le train qui les amène de Lausanne :"Ils sont venus en train ?" lâche Villeneuve. "Mais comment on va faire ? Je n'aurai plus le temps de répéter avant le cocktail de bienvenue."

    Il n'y aura donc pas de répétition. Voilà qui ne va pas arranger l'apprentissage de ses textes.

Source : Cyberpresse

 

Villeneuve : "Je devrais piloter à Montréal"

    C'est l'hiver le plus chaud de l'histoire des relevés météo. La station de Villars-sur-Ollon, dans les Alpes suisses, niche dans un écrin de verdure à l'heure où elle devrait crouler sous la neige.

    Pour les organisateurs de "Formula Charity", la compétition de ski de 24 heures initiée il y a près de 10 ans par Jacques Villeneuve, ce manque de blanc pose un sérieux problème. Ils durent ainsi limiter l'épreuve à trois séries de quatre heures, le temps de rafistoler la neige entre chaque manche.

    Sa vie, ses projets

    Qu'importe. L'ambiance reste bon enfant. Jacques Villeneuve, en tout cas, est là pour s'amuser et ne semble pas se soucier de la poudreuse.

    Débarqué en ski-doo de son chalet de Bretaye, niché là-haut sur les pistes, le Québécois a débuté sa journée d'hier en faisant plaisir à une marque automobile, l'un des commanditaire des 24 heures : il s'agissait d'emmener des passagers faire des tours de glisse sur un petit circuit tracé dans un parking.

    Une corvée qui l'aurait sans doute ennuyé dans d'autres circonstances, mais qui, hier, l'amusait beaucoup :
    "C'est vraiment sympa", lâcha-t-il après une sortie de route qui mit un terme à ses glissades.

    Il y avait longtemps qu'on ne lui avait plus vu un tel sourire. Et Jacques se laisse alors prendre en photo - c'est inhabituel - pour illustrer cette page, avant de prendre un verre à "L'Alchimiste", un petit bar tout proche, pour une conversation de près de deux heures - et ça, c'est du jamais vu !

    Le temps de faire le point sur son état d'esprit, sa vie et ses projets.

    Des projets, il n'en manque pas. Même si l'arrivée de son petit Jules, voilà près de deux mois, a complètement changé sa philosophie, elle n'a pas entamé son envie de piloter.

    Pour l'instant, il n'a signé qu'un seul contrat pour la saison 2007, avec Peugeot, pour les 24 Heures du Mans.

    Mais sa saison ne se limitera pas au seul week-end du 17 juin :
    "Nous travaillons sur plusieurs projets en NASCAR avec Craig (Pollock, son gérant, ndlr). L'année 2007 sera une année de préparation, une sorte d'entraînement pour la saison 2008. Je ne veux rien bâcler. Je veux que tout se fasse dans de bonnes conditions. Surtout, il faut que je sois heureux de courir. Il n'y a rien de pire que de devoir piloter à contrecœur. En plus, pour l'instant, mon enfant reste ma priorité. Je ne voulais pas signer quelque chose dans l'urgence."

    Jacques pense disputer quelques courses en 2007, par exemple en série Busch, avant de jouer la coupe Nextel en 2008 :
    "Il y a plusieurs possibilités", ajoute-t-il : "soit je signe pour une équipe existante, soit nous créons une écurie satellite, soit nous fondons un "Team Villeneuve" en partant de zéro. Avant tout, je ne veux pas me laisser manger par un patron. Je veux garder la maîtrise de ma destinée."

    À point nommé

    En fait, son contrat avec Peugeot tombe à pic cette année :
   
"Oui, c'était parfait, parce que je ne vais disputer que quelques courses en NASCAR cette année. L'an prochain, avec les 36 courses du championnat, je n'aurai probablement plus le temps de courir au Mans. C'est pour cela que je veux gagner tout de suite les 24 Heures. Peugeot y vise la victoire en 2008, mais pour moi, c'est 2007 !"

    Selon Jacques Villeneuve, ses projets en NASCAR sont très concrets :
    "Il n'y a rien de vague dans nos projets. Avec Craig, nous savons exactement où nous allons. Il n'y a plus qu'à finaliser."

    Une finalisation qui va encore prendre quelques semaines. Ce sera trop tard pour la première course du championnat, le 17 février.

    Mais pour l'épreuve agendée sur le circuit Gilles-Villeneuve de Montréal, le 4 août, tout devrait être signé :
    "Il y a de grandes chances pour que je dispute la manche de Montréal", précise Villeneuve avec un large sourire et un regard appuyé. "Le NASCAR, c'est le genre de courses qui me fait vraiment envie. C'est complètement différent de la F1, mais franchement, les courses en ovale me manquaient."

    Le NASCAR, c'est un monde fermé. Il ne s'agit pas de l'aborder en jouant les gros bras :    
    "Surtout pas", admet-il. "Je sais que là-bas, je vais rentrer dans une meute de loups, qu'ils ont poussé Juan Pablo (Montoya) dans le mur, et qu'ils feront pareil avec moi jusqu'à ce que j'appartienne à leur groupe.
    Mais je crois que je suis assez sociable. Je ne vais pas me montrer prétentieux, j'ai beaucoup à apprendre. Je n'ai pas peur. Car contrairement à ce que certains croient, j'ai toujours calculé les risques dans ma vie."

    Le bonheur avec Johanna et Jules, des projets en NASCAR, une course au Mans, un album prêt à sortir : Jacques Villeneuve est un homme comblé :
    "Je suis vraiment content d'en être à ce stade de ma vie", conclut-il. "J'ai une famille, un bel enfant, je ne suis plus en F1, et j'ai plein de projets. Tout est vraiment positif."

    Et il paraît que rien ne peut arrêter un homme heureux...

Source : Cyberpresse

Dimanche 14 janvier 2007 :

Duo avec Garou : Villeneuve interprète son nouvel album

    On croise de drôles de skieurs, ces jours-ci, sur les pistes de Villars-sur-Ollon. L'espace d'un week-end, le col de Bretaye, au-dessus de la station suisse, prend des allures de paddock de Formule 1.

    C'est là que se niche le chalet de Jacques Villeneuve. Mais le pilote québécois s'est bien gardé de laisser Johanna et bébé Jules apparaître en public pendant les deux jours de "Formula Charity", la course de ski de 24 heures qui a justement lieu au col de Bretaye.

    Et c'est à cet endroit aussi que s'est déroulé, hier soir, le concert public au cours duquel Jacques Villeneuve a interprété les titres de son futur album, Private Paradise, qui sera lancé le 19 février prochain au Newtown, le restaurant du pilote à Montréal.

    Le temps était splendide, hier, sur les Alpes suisses. Une journée idéale pour croiser sur les pistes Paul Stewart (le fondateur de l'écurie Stewart de F1), Patrick Tambay (ex-pilote Ligier, Ferrari et Renault en F1) et autres Giorgio Mondini (pilote Midland la saison dernière).

    David Coulthard, lui, n'est pas là cette année - on le dit affairé à préparer son futur mariage avec l'ex-journaliste belge Karen Minier.

    Jacques Villeneuve, pour sa part, s'est un peu laissé désirer. Le Québécois, hier, n'est apparu que quelques minutes à l'occasion d'une conférence de presse écourtée, histoire de ne pas user sa voix avant le concert du soir :
    "En plus, je dois répéter mes textes !", a-t-il plaisanté. "Mais heureusement, lorsque la musique m'accompagne, les paroles me reviennent généralement toutes seules..."

    Le soir venu, en effet, tout s'est parfaitement bien passé. Le concert a attiré plusieurs milliers de spectateurs, arrivés sur place grâce à des trains spéciaux circulant toute la nuit. Le concert a duré plus de quatre heures, qui ont permis d'apprécier plusieurs duos entre Jacques Villeneuve et son copain Garou.

    Disputée juste à côté du concert, la course de charité prend fin aujourd'hui à midi. Les 122 équipes ont réussi à réunir plus de 20 000 $, montant qui sera versé à différentes fondations d'entraide au profit des enfants. Qui a dit que les pilotes de F1 étaient des égoïstes ?

Source : Cyberpresse

Samedi 13 janvier 2007 :

Villeneuve : "Je veux être le premier à mettre Jules sur un motocross"

    Dire que Jacques Villeneuve est gaga de son bébé est un euphémisme. Il est fou amoureux de Jules. Il l'adore, le chouchoute, le change, le berce, s'émerveille de ses efforts pour se tenir debout, guette ses premiers sourires.

    Ce petit être de 5 kg a complètement changé sa vision du monde :
    "Depuis que nous avons Jules, j'ai découvert plein de choses en moi. Je vois les choses avec une perspective différente. Je tiens ce petit bout dans mes bras et je me dis que plus rien ne peut aller mal. Il n'existait pas et voilà que, d'un coup, depuis le 14 novembre, c'est la chose la plus importante au monde."

    Et il a son idée sur l'éducation de son petit :
    "Je veux être un père moderne. Je veux être présent. Je change ses couches, je me lève la nuit pour le bercer. Mais qu'est-ce que ça fatigue ! Il n'a pas encore compris le décalage horaire depuis que nous sommes revenus de Montréal. Cette nuit, j'ai dormi trois heures à peine."

    Jules, c'est son soleil, son Amérique. Et c'est pour lui, en partie, que Johanna et Jacques ont décidé d'emménager à Montréal, dans la maison qu'ils viennent d'acheter à Westmount :
    "J'aime Montréal, je m'y sens bien. Les gens sont ouverts, sympas, et on a toutes les facilités d'une grande ville. Ici, à Villars, l'hiver c'est génial mais au printemps et en automne, c'est dur ! Johanna aime Montréal et, de toute façon, si je fais du NASCAR, il faut que je réside en Amérique du Nord. Comme je tiens à donner une éducation francophone à Jules, on a pas tant de choix."

    L'éducation de Jules passera aussi par le sport automobile :
    "Je ne vais pas le forcer, mais je veux être le premier à mettre Jules sur un motocross. Plus jeune tu apprends, moins tu te fais mal. Moi, j'en faisais à 4 ans."

    De toute façon, petit Jules va baigner dans une ambiance automobile, tout comme ce fut le cas de Jacques avec son papa Gilles et sa roulotte qui se promenait sur tous les circuits du monde :
    "C'est une formule qui me plaît", avoue Villeneuve. "Parce que Johanna veut être auprès de moi. Sinon, elle ne me laissera pas partir. J'avais déjà mon motorhome en F1, je l'aurai aux États-Unis pour courir en NASCAR. C'est très pratique et c'est génial pour les enfants."

    Johanna et Jacques ne comptent d'ailleurs pas s'arrêter à un seul enfant :
    "Ce serait sympa de donner un copain ou une copine à Jules", confie Jacques. "Les enfants se sentent mieux à plusieurs."

Source : Cyberpresse

Jeudi  11 janvier 2007 :

Villeneuve : Le Mans, NASCAR... et le bébé

    Présentation de l'équipe Peugeot pour les prochaines 24 Heures du Mans, quelque part en banlieue parisienne. Présent parmi les sept pilotes sélectionnés, Jacques Villeneuve a fière allure avec ses cheveux longs et sa combinaison blanche flambant neuve. D'autant que, pour une fois, il ne l'a pas choisie trois tailles trop grande.

    Peut-être par manque de temps, d'ailleurs, puisque son accord avec la marque française n'a été conclu que quelques heures plus tôt :
    "Oui, tout s'est décidé assez rapidement", s'amuse à confirmer Villeneuve pour sa première apparition devant la presse depuis le Grand Prix d'Allemagne, en juillet dernier. "En fait, le contrat n'a été signé qu'hier. On a commencé à discuter tard, juste avant Noël..."

    Villeneuve n'est du reste pas le seul à afficher fière allure. Le prototype Peugeot 908 Diesel, tout noir, se montre lui aussi très impressionnant. Une monture qui a couvert trois petits tours de démonstration, hier, et au volant de laquelle Villeneuve compte bien remporter la plus célèbre course automobile du monde :
    "Chez Peugeot, nous avons trouvé extraordinaire de pouvoir offrir à Jacques une voiture pour gagner", raconte Michel Barge, le patron de la compétition de Peugeot Sport. "Et nous le sentons très motivé pour y parvenir dès cette année."

    Entraînement intensif

    Avec ses coéquipiers, le Québécois va désormais s'entraîner intensivement en vue des 16 et 17 juin prochains, date des 24 Heures du Mans. Car il ne connaît pas vraiment les épreuves d'endurance :
    "Jusqu'ici, la seule course de 24 heures que j'aie disputée, c'était à ski !", plaisante-t-il. "Mais après tout, moteur diesel ou pas, ça reste une voiture de course. Il faut juste enquiller."

    "Enquiller", c'est sans doute le terme qui décrit le mieux le pilotage au Mans. 24 heures durant, en se relayant avec deux autres coéquipiers, il s'agit de foncer à travers la nuit et - souvent - la pluie pour rallier l'arrivée de cette course légendaire.

    Simplement franchir le drapeau à damier y constitue toujours un exploit :
    "J'ai toujours voulu faire le Mans parce que c'est mythique", poursuit Villeneuve. "Ce n'est pas une course qui m'interpelle depuis mon enfance, parce que mon père n'y a jamais participé. C'est comme les 500 milles d'Indianapolis; je n'en ai entendu parler que lorsque j'ai commencé à courir."

    Et la Formule 1 ?
    "La F1 ? C'est quoi, déjà ?", plaisante-t-il. "Ce qui s'y passe en ce moment me semble un peu loufoque. Je ne m'y intéresse plus, je ne sais plus qui fait quoi..."

    Pour le reste, Villeneuve se montre très discret au sujet de son programme sportif 2007 :
    "Je vais me concentrer sur Le Mans. Sinon, Craig est moi nous négocions toujours avec des équipes NASCAR. Mais il n'y a encore rien de concret. De toute façon, j'ai déjà bien assez de travail avec mon rôle de papa. Le bébé occupe une grosse partie de mes journées. Mais que ce que c'est génial..."

    Père comblé, pilote toujours aussi assoiffé de victoires : le Jacques Villeneuve 2007 a décidément fière allure.

    Même si son programme sportif devait se réduire aux seules 24 Heures du Mans, une victoire dans la Sarthe propulserait Villeneuve dans la légende bien davantage qu'une saison de plus dans une petite écurie de Formule 1. Vous avez dit Formule 1 ? C'est quoi, déjà ?

Source : Cyberpresse

Mercredi 10 janvier 2007 :

C'est confirmé : Villeneuve courra au Mans

    Le Québécois Jacques Villeneuve et le Français Sébastien Bourdais, qui court aux États-Unis, piloteront une Peugeot 908 diesel HDi FAP aux prochaines 24 Heures du Mans, a annoncé le constructeur français mercredi, sur le circuit automobile de Mortefontaine, au nord de Paris :
    "Jacques est un sportif comme Peugeot les aime", a dit Michel Barge, le patron de Peugeot Sport. Villeneuve, 35 ans, a remporté les 500 milles d'Indianapolis en 1995, a été champion d'IndyCar la même année puis champion du monde de Formule 1 en 1997. Il était encore pilote de F1 jusqu'en août 2006 quand il a été brutalement débarqué par BMW-Sauber.

    "Le Mans est une course mythique et avoir l'opportunité d'y participer dans de telles conditions, c'est génial. On ne peut pas demander plus", a dit Villeneuve. Papa depuis un mois d'un petit garçon, le Québécois souhaite continuer à courir en 2007, si possible dans la série américaine NASCAR.

    Bourdais est né au Mans puis s'est exilé aux États-Unis, où il vient d'être sacré trois fois de suite dans la série Champ Car, la F1 à l'américaine qui a succédé à l'IndyCar. À la différence de Villeneuve, il a déjà participé cinq fois aux 24 Heures, dont quatre fois dans une Pescarolo (meilleur résultat : quatrième en 2000) :
    "Cela n'a pas été facile de quitter cette équipe que j'aime beaucoup mais à un moment il a bien fallu prendre une décision. J'en ai parlé avec Henri (Pescarolo) et il m'a conseillé de saisir cette opportunité", a expliqué Bourdais, 27 ans, papa depuis deux mois d'une petite fille.

    Débuts à Monza

    Villeneuve et Bourdais, engagés uniquement pour les 24 Heures, seront les pigistes de luxe d'une équipe qui comprendra cinq autres pilotes dont trois Français, Stéphane Sarrazin, Nicolas Minassian et Eric Hélary, un Portugais, Pedro Lamy, et un Espagnol, Marc Gené, pilote d'essais Ferrari en F1.

    Les six titulaires sont arrivés à la conférence de presse en break 407 SW diesel de série, sur l'anneau de vitesse de Mortefontaine. Ils escortaient la 908 pilotée par Hélary, vainqueur des 24 Heures du Mans en 1993 sur Peugeot 905 mais seulement "pilote de développement et de réserve".

    Sarrazin, Minassian, Lamy et Gené disputeront aussi les six manches des Le Mans Séries (LMS), des courses de 1000 kilomètres en Europe et au Brésil, entre avril et novembre. En plus des courses, près de 20 000 kilomètres d'essais sont prévus et les équipages seront constitués plus tard, en fonction des sensations des pilotes et des réglages à adopter, plutôt qu'en fonction des nationalités.

    La 908 diesel à moteur V12 de 700 CV avait été dévoilée fin septembre, au Mondial de l'automobile. La version présentée mercredi, dans sa robe de carbone brut, pas encore décorée, est bien différente. Elle a fait trois jours d'essais la semaine dernière sur le circuit Paul Ricard, dans le plus grand secret.

    "On ne sent pas que c'est un moteur diesel. Ça fait un petit peu moins de bruit mais c'est une vraie voiture de course, donc il faut enquiller", a plaisanté Minassian. Première sortie en compétition : les 1000 kilomètres de Monza, en Italie, le 15 avril.

Source : Cyberpresse

 

Villeneuve et Bourdais seront bien aux 24 heures du Mans : Peugeot confirme la composition de ses équipages

    Peugeot effectue, cette année, son retour au plus haut niveau de la compétition automobile, après s’être retiré du championnat du monde des rallyes à la fin de la saison 2005.

    Le rendez-vous principal du constructeur français sera incontestablement les mythiques 24 Heures du Mans, une épreuve qu’il a déjà remporté en 1992 et 1993.

    2007 sera une année de rodage pour tous, hommes et voiture, avant de prétendre à la victoire en 2008.

    Deux équipes seront engagées au départ des 24 heures. La première sera composée des trois français Sebastien Bourdais, Nicolas Minassian et Stéphane Sarrazin, tandis que la seconde réunira Jacques Villeneuve, Pedro Lamy, Marc Gené.

    Peugeot sera également présent dans le Championnat Le Mans Series avec, comme au Mans, deux voitures engagées dans chacune des 6 courses.

    Michel Barge, Directeur de Peugeot Sport, dévoile la stratégie sportive de la Marque :
   
"2007 est un véritable "restart" pour Peugeot Sport, exprimé par un nouveau logo et par ses nouveaux programmes construits autour de deux pôles : le programme officiel basé sur l’endurance et le HDi FAP ainsi que ses programmes de promotion sportive autour de la 207.
    Un peu plus d’un an après, nous mettons pour la première fois la 908 sur la piste, avec une équipe en partie renouvelée, après avoir cherché à la fois les compétences et la cohérence entre les hommes rassemblés autour d’un projet commun. Le groupe formé est excessivement opérationnel, ce qui a permis de présenter aujourd’hui une voiture entièrement nouvelle, moteur, boîte et châssis.
    Dans ces conditions, notre objectif en 2007 est de progresser et d’adapter la 908 aux différents circuits de manière à obtenir un niveau de performance qui soit au rendez-vous en 2008. Mais dès 2007 nous nous efforcerons de présenter sur la piste la meilleure synthèse possible, performance et endurance. Deux voitures seront engagées dans chacune des 6 manches LMS ainsi qu’aux 24 Heures du Mans.
    Une équipe de six pilotes a été recrutée par notre team manager Serge Saulnier : quatre pour les courses LMS, les français Nicolas Minassian et Stéphane Sarrazin, le Portugais Pedro Lamy et l’espagnol Marc Gené. Sébastien Bourdais et Jacques Villeneuve viendront renforcer les deux équipes de pilotes pour les 24 Heures du Mans alors qu’Eric Hélary sera le pilote d’essais et de réserve.
    Pour son programme Peugeot Sport s’appuie sur une collaboration étroite avec son partenaire principal, Total, ainsi qu’avec ses partenaires techniques Bosch, Michelin, Dow Automotive puis Eurodatacar et X Box 360."

Source : Peugeot Sport & F1-Live

Mardi 9 janvier 2007 :

Un équipage Bourdais/Villeneuve/Gene aux 24h du Mans !

    Si les pilotes de Formule 1 boudent les 24h du Mans depuis des lustres – Franck Montagny a brisé le silence des pilotes F1 vis-à-vis de l’épreuve mancelle l’année dernière – ils seront trois à avoir gravité autour de la planète F1 à participer à l’épreuve mythique de la Sarthe en Juin prochain.

    Après avoir eu confirmation des principaux intéressés, GP2006.COM est en effet en mesure de vous révéler que Sébastien Bourdais, Jacques Villeneuve et Marc Gené constitueront en effet l’un des équipages de Peugeot ! Un trio prestigieux, hautement symbolique et qui jouira à n’en pas douter d’une cote de popularité record.

    Avec cet équipage de sprinters hors pair, le lion de Sochaux et sa 908 Diesel auront toutes les griffes nécessaires pour faire trembler Audi en qualifications et dans les premières heures de course.

Source : Automoto365

Dimanche 7 janvier 2007 :

La porte du NASCAR est ouverte à Villeneuve : il a le temps de choisir la bonne option...

    Il y a quelques jours, nous vous disions que Jacques Villeneuve n'avait pas trouvé les fonds nécessaires pour participer au championnat NASCAR en 2007. Craig Pollock, le manager du pilote québécois, estime au contraire que tout est encore possible...

    Pollock a même déclaré dans les colonnes du journal Montreal Gazette qu'un accord pourrait être trouvé avant la fin du mois de janvier :
   
"Nous sommes en très bonne position avec quelques équipes qui veulent de lui et je dois dire qu'elles sont très très nombreuses à être très intéressées par lui", affirme Pollock.
   
"Nous allons prendre notre temps et faire les choses correctement. Ensuite nous allons décider si nous allons chez Rouch ou ailleurs. J'ai beaucoup d'appels chaque semaine de la part de nombreuses équipes et nous examinons tout cela très logiquement. Il reste une bonne quinzaine d'années à Jacques dans le sport automobile, alors pour quelle raison devrions-nous nous précipiter au lieu de prendre notre temps pour faire ça bien ?"

Source : F1-Live

Vendredi 5 janvier 2007 :

DTM : C'est toujours possible pour Villeneuve

    Jacques Villeneuve pourrait-il faire un 180 degrés et finalement accepter l'invitation de la marque allemande Audi en championnat DTM ?

    C'est toujours possible. Craig Pollock, ami et gérant de Villeneuve, n'aurait pas fermé la porte à ce projet. Il n'a pas voulu démentir la nouvelle lorsque rejoint par Radio-Canada Sports, se limitant à dire qu'il ne voulait pas faire de commentaires.

    Audi avait indiqué avant Noël qu'elle était intéressée par Jacques Villeneuve, et que son arrivée en DTM serait un plus pour la série.

    Complications en NASCAR

    Selon le journal de Toronto The Globe and Mail, il aurait révisé ses plans à la baisse, incapable de trouver le financement nécessaire pour entrer de plain-pied en série Busch en 2007. Il viserait maintenant le championnat Trucks Series, sanctionné par la NASCAR.

    Le site Internet pitpass.com est allé plus loin en révélant qu'un mystérieux commanditaire était même prêt à payer la saison de Villeneuve chez Roush Racing, mais exigeait en retour que Craig Pollock s'en tienne à son rôle de gérant.

    Or, Villeneuve aurait exigé que son ami puisse avoir un rôle dans la structure, ce qui aurait fait échouer les négociations.

Source : Radio-Canada.ca

Jeudi 4 janvier 2007 :

Plus ardu que prévu pour Villeneuve

    Le cheminement de Jacques Villeneuve vers la série NASCAR est parsemé de dos d'âne. Sa seule entente possible se veut avec l'écurie Roush Racing, qui demande en contrepartie un financement de 18 millions $US.

    Sur le site officiel du pilote québécois, le message de Noël de Villeneuve ne donnait aucune précision sur son point de chute en vue de la prochaine saison :
    "J'espère vous annoncer des nouvelles dans un avenir rapproché", écrivait-il. "Mais rien de précis ne peut être encore dévoilé."

    Selon le Globe and Mail, qui cite une source proche du pilote, celui-ci pourrait entamer la saison dans la série Craftsman Truck, le plus bas échelon en route vers les épreuves de la Coupe Nextel, et se faire un nom afin de participer à plusieurs courses de la série Busch. On sait que l'un des pliotes les plus en vue chez Ford, Carl Edwards, a débuté dans la série pour camions avant de devenir un régulier de la Coupe Nextel.

Source : Cyberpresse

Mercredi 3 janvier 2007 :

NASCAR : ça coince pour Villeneuve : il a du mal à trouver l'argent...

    Jacques Villeneuve avait signé un pré-accord avec l'équipe Roush Racing pour disputer cette année la série Bush en Amérique du Nord. Mais cette équipe lui demandait de rassembler 18 millions de dollars et c'est là que ça coince.

    C'est du moins ce qu'affirme le journal de Toronto Globe and Mail. Une source proche de Villeneuve et citée par ce journal déclare en effet que le management de Villeneuve essaye de trouver un autre moyen pour participer à cette compétition très populaire aux USA :
   
"Si vous n'avez jamais piloté ces voitures, il n'y a pas grand monde pour vous engager", affirme cette source anonyme. "Les équipes estiment qu'il y a une phase d'apprentissage, et cela prend du temps pour accumuler de l'expérience. Elles n'ont pas envie de financer ça."

    Le Globe and Mail affirme encore que Villeneuve essayerait maintenant de participer à la série Craftsman Truck qui est au bas de l'échelle du NASCAR.

Source : F1-Live